L’éco-conception des vêtements : Kesako ?

Ces derniers temps, de nombreux reportages ont dénoncé les pratiques polluantes des industries textiles. Dans ce contexte, le WWF a publié en octobre dernier un rapport sur l’éco-conception des produits textiles-habillement.

 Le WWF préconise une prise en considération tout au long du cycle de vie du produit de l’ensemble des risques et des impacts engendrés par les activités de production : du choix de la fibre, à la fabrication des tissus, en passant par la confection et la distribution du vêtement, jusqu’à  son entretien et à la gestion de sa fin de vie.

L’équipe Minizabi a pris particulièrement soin de lire ce dossier et s’est focalisée sur deux sujets qui préoccupent les « mamans bio » : le choix des fibres des vêtements portés par leurs tout-petits et l’entretien des vêtements tout en limitant la pollution et en réalisant des économies.

 Zoom sur les fibres de vos vêtements !

 Il existe deux grandes familles de fibres :

  • Les fibres naturelles issues de sources végétales ou animales
  • Les fibres chimiques issues de sources synthétiques ou artificielles

Les fibres chimiques se développent à grande vitesse. Elles peuvent présenter des propriétés intéressantes : l’élasticité, la tenue, l’absorption, la résistance à la chaleur etc. Néanmoins, elles nécessitent l’utilisation importante de produits chimiques,de  pétrole, de solvants et d’ huiles siliconées. Cela provoque des émissions de gaz toxiques et la consommation de ressources non renouvelables. 

 C’est pourquoi, chez Minizabi nous votons pour les fibres naturelles en particulier quand elles sont biologiques : Explication !

Le coton est la fibre naturelle la plus couramment utilisée dans la filière textile. Elle représente 37,3 % de la production mondiale de fibres*. Mais la culture conventionnelle du coton présente un gros inconvénient : l’emploi massif des pesticides et d’engrais chimiques de synthèse. De plus, la culture du coton OGM ( Organisme génétiquement modifié ) se développe depuis quelques années. Par ailleurs, la culture du coton est très gourmande en eau ce qui est particulièrement désastreux dans les régions faisant face à des problèmes d’insuffisance d’eau de qualité satisfaisante.

 La culture biologique du coton répond largement à ces problématiques. Le label bio GOTS garantit qu’à toutes les étapes de production et de transformation, les procédés utilisés sont socialement responsables et respectueux de l’environnement et proscrit l’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques. Pour en savoir plus sur le coton bio, veuillez consulter l’article ‘Coton bio’.

En conclusion, le coton c’est mieux quand c’est bio !

Minizabi utilise exclusivement du coton biologique certifié GOTS, vous pouvez visiter nos univers fille et garçon pour découvrir nos créations.

Le lin présente ne nombreux avantages : elle fait partie des fibres naturelles dont les ressources et la chaine d’approvisionnement sont disponibles localement. Cette fibre nécessite une faible consommation d’eau, d’engrais et de produits phytosanitaires. Le processus de transformation de la fibre est naturel et mécanique. Minizabi vous propose un pantalon en lin biologique pratique et très confortable.

Tout comme le lin, la laine est une fibre ancestrale. Bien qu’elle semble complètement naturelle, attention aux traitements chimiques antiparasitaires que subissent les animaux. Ces traitements peuvent contenir des substances toxiques importantes. De même, l’acide sulfurique peut être utilisé lors du nettoyage des fibres et les effluents de lavage peuvent être rejetés dans les eaux de surface ou dans le réseau d’assainissement. Pour éviter tout ces risques, nous vous recommandons de privilégier la laine certifiée AB.

La soie obtenue par le cocon de la chenille du bombyx du mûrier (le ver à soie) est aux yeux de la plupart des consommateurs LA fibre naturelle par excellence. Pourtant, il ne faut pas se fier aux apparences! Des substances et produits chimiques dangereux pour l’environnement peuvent être utilisés lors de l’extraction. Et oui, ça existe aussi la soie AB. Plus précisément ce sont les cultures du mûrier (l’alimentation des vers à soie) qui sont certifiées bio.

Et dans la catégorie des petites dernières ; vous trouverez des fibres comme le kapok, l’écorce de bananier, l’écorce de cyprès… Mais comme toujours, il est toujours plus sage de sélectionner les fibres certifiées AB, issues du commerce équitable et de matières valorisées.

 *Source : International Wood Textile Organisation

  1 comment for “L’éco-conception des vêtements : Kesako ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *